A quoi sert le PPA ?

Comme son nom l’indique, le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) permet de planifier les actions à mener pour reconquérir et préserver la qualité de l’air sur le territoire de la vallée de l’arve.

Ce plan définit les actions permanentes ou temporaires qui permettront d’atteindre les objectifs de réduction de la pollution de l’air.

Il se divise entre des actions réglementaires, mises en œuvre par arrêtés préfectoraux et des actions volontaires, portées par les collectivités et les acteurs locaux.

Une obligation nationale et européenne

Au plan européen, la directive n° 2008/50/CE du 21 mai 2008 prévoit, pour certaines zones particulièrement touchées par la pollution, l’élaboration de plans ou de programmes pour améliorer la qualité de l’air.

En France, les plans de protection de l’atmosphère (PPA), introduits dès 1996, prévoient un ensemble de mesures permettant de limiter les concentrations de polluants dans l’air dans les agglomérations de plus de 250 000 habitants, et dans les territoires où les valeurs limites de polluants sont atteintes ou risquent de l’être. La vallée de l’Arve relève de cette seconde catégorie en raison de dépassements des concentrations en PM10 et NO2.

Un premier PPA pour la vallée de l’Arve a été approuvé en 2012. Son bilan a été finalisé en 2017. (mettre le lien vers la page sur le bilan Du PPA1).

L’inversion de température

Alors qu'en situation normale, l'air se refroidit au fur et à mesure que l'altitude augmente, la vallée de l'Arve connaît en hiver des inversions de température, tout particulièrement lors des nuits dégagées et sans vent.

Pendant la nuit, les couches d'air au sol se refroidissent plus vite que les couches immédiatement supérieures : la situation devient alors favorable à l'accumulation des polluants, ces derniers se retrouvant bloqués comme sous un couvercle